La dimension sacrée de l’existence

Que se passerait-il si chaque être humain prenait conscience de la dimension sacrée de sa vie sur Terre ?

C’est la question qui a surgi dans mon esprit aujourd’hui. Que se passerait-il si chaque être humain prenait conscience de cette dimension résolument sacrée de l’Existence ? De SON existence.

N’est-il pas évident que ce cœur qui palpite dans notre poitrine, que ce souffle qui s’échappe de notre bouche et de nos narines et anime notre corps d’un mouvement ample et régulier, que ces milliards de cellules assemblées les unes aux autres pour former notre corps et dont chacune, à chaque seconde, s’emploie à réaliser la tâche qui lui incombe, n’est-il pas évident que notre capacité à voir, à entendre, à créer, que notre capacité à nous émerveiller, à aimer, à célébrer… N’est-il pas évident que tout cela relève du miracle ?

Et que faisons-nous, êtres humains, de ce miracle au quotidien ? A quoi choisissons-nous de mettre à profit notre temps sur Terre, comment choisissons-nous de diriger nos pensées ? Que choisissons-nous de créer ? Chacun de nos gestes ne devrait-il pas être consacré à honorer ce miracle ? Chacune de nos actions ne devrait-elle pas être vouée à rendre grâce ?

Ramenés à la seule dimension « fonctionnelle » de nos vies (métro, boulot, couvre-feu, dodo), privés de l’accès à la culture, aux arts, aux loisirs, privés de rencontres, de voyages, d’expériences, privés de nos sourires, isolés avec nos larmes, dépossédés du contact physique, nous voilà démunis non pas du superflu mais bien de l’essentiel. Pouvons-nous honorer le Vivant en nous alors que nous sommes réduits au rang de rouage économique ? Autorisés à travailler et à consommer mais pas à se toucher, à s’enlacer, à s’embrasser ?

Mais, me direz-vous peut-être, les différentes mesures qui régissent notre quotidien depuis ces derniers mois n’ont-elles pas justement pour vocation de protéger des vies humaines ?

Peut-être faut-il que nous nous questionnons alors sur ce qu’est la Vie ? Vivre reclus, coupés de ses proches, privés d’avenir, parfois même de travail, dépourvus d’espoir,… est-ce encore être en vie ? Le cœur qui palpite, le souffle qui circule, les cellules qui s’activent,… suffisent-elles à définir le Vivant ? Que signifie d’être vivant au juste ? Quel sens revêt pour nous de vivre nos vies pleinement ? Ne sommes-nous pas passés de la vie à la survie ? Et avec quel horizon ? Quelles perspectives pour l’après ? Retrouver nos loisirs, nos plaisirs, nos soirées entre amis suffira t’il à honorer l’aspect sacré l’existence ?

Car peut importe finalement les restrictions, les privations, les interdits,… La crise actuelle nous met face à nous-même, face à notre propre responsabilité d’individu, d’être humain, à la façon dont nous prenons place dans le monde. Elle nous met face à nos peurs, face à la Mort, face à l’inéluctable, face à notre propre fragilité. Pour mieux nous rappeler que nous sommes mortels, qu’un jour il faudra tirer sa révérence. Et ça, dans des vies privées de sens, perfusées à Netflix, dopées à la consommation de masse, déconnectées de nos dimensions divines et sacrées, coupées de notre accès à la Source, c’est intolérable.

Alors, chers amis, si comme moi vous sentez le désespoir poindre, si cette vie restreinte, empêchée, limitée vous oppresse, je vous invite à rendre grâce. De la façon qui a le plus de sens pour vous : en vous émerveillant devant un coucher de soleil, en formulant une prière, en allumant une bougie sur votre autel, en envoyant à une personne aimée des mots tendres et sincères, en accomplissant une action généreuse et altruiste ou simplement, en prenant le temps, pendant quelques instants, de vous prendre dans les bras, de vous enlacer vous-même et de tourner vers vous l’Amour et la tendresse dont vous pourriez avoir besoin.

Car votre présence ici est un miracle. Chaque seconde de votre vie sur Terre est sacrée, chaque instant qu’il vous est donné de vivre, où il vous est permis de partager, d’aimer et d’être dans la joie, est sacré. Et cela mérite d’être honoré.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

à découvrir également :